Musée d'art moderne et contemporain de Saint-EtienneSaint-Etienne Méetropole
Accueil / Collections / Chantier des collections
 
 
Restez connectés !
 
 
 
 
 
Newsletter :
Abonnez-vous à la lettre d'information
  

Rechercher dans le site :
  



Avis
 
 

Vue du chantier

CHANTIER DES COLLECTIONS : le réaménagement des réserves.
Vue du chantier. © photo : service collection, 2012.

Œuvre de Claude Viallat en cours de reconditionnement.

CHANTIER DES COLLECTIONS : le réaménagement des réserves.
Œuvre de Claude Viallat en cours de reconditionnement. © photo : service collection, 2012.
Œuvre : Claude Viallat, "Sans titre", 1996. Peinture, toile libre. Acrylique sur bâche. 490 x 415 cm. © ADAGP.

Willem Klaaez HEDA (Ecole hollandaise), Nature morte, 1642.

LE RECOLEMENT DES PEINTURES ANCIENNES :
Willem CLAESZ HEDA (Ecole hollandaise), "Nature morte", 1642. Huile sur bois. 59 x 74,5 cm. © Domaine public.
Lecture d'œuvre

LA CAMPAGNE CONSACREE AUX ARTS PREMIERS Le dépoussiérage et le marquage des objets.

LA CAMPAGNE CONSACREE AUX ARTS PREMIERS Le dépoussiérage et le marquage des objets.

LA CAMPAGNE CONSACREE AUX ARTS PREMIERS : le dépoussiérage et le marquage des objets.

Victor BRAUNER

LE CLASSEMENT DES DESSINS DE VICTOR BRAUNER : Victor BRAUNER, Sans titre, vers 1964. Legs de Jacqueline Victor-Brauner. © ADAGP 2006.

Bernard PAGES, Empreintes de trois plaques de fer rouillées, 1977.

Bernard PAGES, Empreintes de trois plaques de fer rouillées, 1977.

LA RESTAURATION : Bernard PAGES, "Empreintes de trois plaques de fer rouillées", 1977. (Donation Vicky Rémy). © Bernard Pagès. Avant et après restauration.
Lecture d'œuvre

 

Chantier des collections

Le chantier des collections qui regroupe l'ensemble des opérations nécessaires à la bonne présentation des œuvres est une étape préalable et indispensable à la transmission du patrimoine. Il implique d'une part la conservation préventive (les opérations liées au récolement, à l'inventaire, à l'étude et au marquage des œuvres) et d'autre part les campagnes de restauration. Le service des collections du musée s'applique donc à mener à bien ces tâches.

L'aménagement de nouvelles réserves a permis de déployer les collections, notamment les œuvres de design qui nécessitent beaucoup d'espace. Ceci facilite les différentes opérations liées au récolement qui peuvent aboutir à la préconisation d'un traitement (du simple nettoyage à une restauration), à un remballage dans un matériau neutre garantissant une stabilité dans l'évolution physique de l'objet au cours du temps (qu'un musée se doit de considérer comme éternel... !).

LE RÉAMENAGEMENT DES RÉSERVES

Le Musée d’art moderne et contemporain a entrepris en 2009 des travaux de réaménagement de ses espaces de réserves.

OBJECTIF :
- Rationaliser l’espace,
- Améliorer et optimiser les conditions de stockage des œuvres d’art.

Ce chantier conséquent nous donne l’opportunité d’un important travail de conservation préventive.
Il s’agit en effet d’agir sur l’environnement des œuvres afin d’assurer leur stabilité. Un soin particulier est ainsi apporté au conditionnement.

Le chantier a donc été l’occasion de :
- Modifier les emballages,
- Les adapter systématiquement à chacune des œuvres.

Une des étapes délicate de ce chantier s’est focalisée sur un ensemble d’œuvres conservées roulées. [...]

> En savoir +


LA CONSERVATION PRÉVENTIVE ET LE RÉCOLEMENT

Dans le cadre des opérations liées au "chantier des collections" et de la nouvelle loi des Musées de France, le Musée a lancé une campagne de récolement et de constats d'état des œuvres de sa collection.
Le récolement des peintures anciennes :

581 peintures anciennes datant du XVe au XIXe siècle ont été examinées au cours d'une opération de récolement d'envergure. Cette campagne s'est déroulée de décembre 2006 à janvier 2007 et a permis la vérification des données (technique, matière, dimensions, date, état de conservation..) puis la saisie informatique des données complémentaires ou correctives ; enfin la prise de vue des œuvres non photographiées.

En avril 2007, une campagne de constats concernant les supports bois et cuivre a été confiée à une restauratrice. Ce travail de fond sur cette partie de la collection permettra d'établir des préconisations précises de conservation et de déterminer les besoins éventuels de restaurations et l'urgence des interventions.

Le catalogue exhaustif des collections d'art ancien est l'aboutissement de ce travail indispensable à la conservation et à la diffusion de ce fond.
Ce catalogue permet d'avoir une vision globale et détaillée de la richesse et de la diversité d'une collection qui reflète l'histoire de la constitution des collections du musée.



Catalogue de la collection d'art ancien du musée.
Editeur : Un, Deux... Quatre éditions. Prix : 30 euros. Pages : 336. Disponible à la libraire-boutique du musée.

La campagne consacrée aux arts premiers :
Cette campagne effectuée début octobre 2006, avait pour objectif de vérifier les données saisies, dépoussiérer les œuvres, effectuer leur marquage et  vérifier leur état général (risques d'infestations, préconisations en matière de stockage et de conservation préventive, etc…).
Les restaurateurs procèdent au dépoussiérage et au marquage des objets.  Cette collection comporte 106 pièces dont certaines ont été léguées par Jacqueline-Victor Brauner en 1987. Les œuvres datent du XVIIIe au XXe siècle et mêlent des techniques et matériaux très variés.


Le classement des dessins de Victor Brauner :
La chargée du suivi scientifique des collections a entamé un long travail de classement et rangement de ce fonds exceptionnel de manière à ce que la conservation soit optimale.
Dans cette optique, des pochettes en papier neutre sont utilisées pour protéger individuellement les dessins. Sur ces dernières, sont annotés les numéros d'inventaire de façon à ce que les recherches futures soient facilitées tout en préservant au mieux les matériaux constitutifs des oeuvres. Les pochettes seront ensuite stockées et localisées dans des boites de conservation adaptées.
Le "chantier des collections" est une mission permanente du musée et les prochains secteurs de collection traités seront les collections de peintures et de dessins du XXe siècle.


LA RESTAURATION

Bien qu'utilisée en dernier recours, la restauration fait partie intégrante de la vie du musée. Confiée à des restaurateurs extérieurs, ces interventions deviennent indispensables quand la stabilité et la lisibilité des oeuvres sont en danger. Les qualifications requises pour prétendre au titre de "restaurateur" ont été définies par la circulaire de 2002 relative à la restauration des biens des collections des musées de France.

Les restaurations concernent tous les secteurs de la collection : design, photographie, peinture, sculpture, etc.
Le restaurateur intervient à différentes étapes du chantier des collections : lors des campagnes de constats, il est sollicité afin d'établir un état des lieux précis d'un secteur particulier de la collection. Il peut également fournir un constat d'état précis, document essentiel qui donne l'état détaillé de l'oeuvre. Ce document doit être systématiquement édité avant chaque mouvement d'oeuvre (départ, arrivée). Il est alors réalisé, selon les institutions, par le conservateur, le régisseur des collections ou par un restaurateur. La restauration elle-même a lieu au musée ou dans l'atelier du restaurateur. Elle peut être légère, comme le bichonnage qui consiste en un simple dépoussiérage de la surface, ou aller jusqu'à une réintégration de lacunes ou même une réparation d'une toile en cas de déchirure.

L'art contemporain, par la diversité accrue des matériaux utilisés par les artistes pour la réalisation de leurs oeuvres, pose de multiples questionnements lors des interventions des restaurateurs. Les matériaux plastiques et industriels, la diversité des liants dans la peinture amènent souvent à faire des choix et éventuellement des compromis indispensables à l'alliance des exigences de conservation et du respect du travail de l'artiste.
 
La restauration d'un dessin de Bernard Pagès :
Dans le cadre de son mémoire de fin d'études à l'Institut National du Patrimoine, département des restaurateurs, spécialité Arts graphiques et livre, Valeria Duplat a effectué une étude approfondie sur les composantes d'un dessin de Bernard Pagès :  Empreintes de trois plaques de fer rouillées, 1977 (donation Vicky Rémy) avant d'effectuer la restauration. 
L'utilisation par l'art contemporain de matériaux modernes, de qualité médiocre ou de rebut, l'expérimentation de nouvelles formes d'expression ou encore le manque d'intérêt de la part de certains artistes pour la question de la pérennité de leur oeuvre, ont souvent pour conséquence une dégradation rapide des oeuvres aujourd'hui conservées dans la collection patrimoniales.  [...]


POP'ART (Preservation Of Plastic ARTefacts in museum collections)


Un projet international de collaboration scientifique sur la conservation des œuvres en matière plastique
dans les musées.
Dans le cadre d'un programme de recherche et de développement technologique, financé par la Commission européenne et coordonné par le Centre de Recherche sur la Conservation des Collections (CRCC),le Musée d'art moderne  et contemporain de Saint-Étienne Métropole participe comme partenaire au développement de moyens de conservation préventive et d'entretien des œuvres en matière plastique, issues des collections muséales d'art moderne et contemporain.En effet, nos musées européens possèdent de plus en plus aujourd'hui d'oeuvres conçues à partir de matériaux plastiques, en particulier le mobilier et objets design. 
Ces matériaux, comme les polymères synthétiques, se dégradent hélas rapidement, conséquence de réactions chimiques irréversibles. 

Ainsi, les différents partenaires de ce projet (musées, entreprises, unités de recherche scientifique, laboratoire de conservation) tentent de mettre en commun leurs connaissances et leur savoir-faire afin de trouver des moyens concrets pour ralentir l'altération de ces collections: méthodes d'identification des constituants ; contrôle et expertise de l'état des collections ; évaluation des risques et traitements de conservation. 


Ce projet international a été lancé en octobre 2008 et s'est  poursuivi jusqu'en mars 2012.

 

 

 

 

Adresse postale : Musée d'art moderne et contemporain - La Terrasse - CS 10241 - 42 006 Saint-Étienne cedex 1 - Adresse GPS : Rue Fernand Léger - 42270 Saint-Priest-en-Jarez